Education nationale

Conditions de rentrée dans l’Éducation Nationale

mercredi 13 septembre 2017

Pour les personnels, la rentrée scolaire ne se fait pas sous les meilleurs auspices. Nombreux sont les sujets de tension comme les besoins criants en personnels, la suppression de 23 000 contrats aidés sans préoccupation du devenir de ces personnels et de la pérennité de leurs missions, les annonces médiatiques déstabilisantes ignorant l’expertise des enseignants ... Pour la FSU, l’objectif de la réussite de tous les jeunes doit être le seul cap ! Cela passe aussi par la réponse aux préoccupations des personnels, par leur reconnaissance : formation initiale et continue, recrutement, rémunérations et carrières, moyens des écoles et établissements … Il faut conforter et renforcer le service public d’éducation !

Beaucoup de monde dans les classes des lycées et collèges cette rentrée ! Du fait d’une hausse démographique dans le second degré, consécutive à une rentrée 2016 marquée par le même phénomène, on s’entasse fréquemment à 35 et plus en lycée, notamment en Terminale, à 30 en collège. Le nombre de postes non pourvus aux concours laisse augurer des difficultés importantes et dès les premiers besoins en remplacement, des collègues sont sommés de prendre des HSA, le recours aux non-titulaires est relancé. Quant à la vie scolaire, elle pallie comme elle peut aux insuffisances de personnels, la suppression de contrats aidés pèse sur les missions de surveillance ; les annonces fleurissent comme celles sur le dispositif des devoirs à l’école, annonces non suivies de moyens afférents ; médecins scolaires, psychologues, infirmières et assistantes sociales font défaut dans nombre d’établissements. A ces soucis pour les conditions de travail et d’étude s’ajoutent les inquiétudes sur le sort réservé aux fonctionnaires pressurés par le nouveau gouvernement. Bref, ce n’est pas une rentrée en fanfare !

Dans le premier degré, le nouveau ministre souffle alternativement le chaud avec « l’école de la confiance » et le froid avec les caricatures sur la méthode globale et les fondamentaux. Nous lui opposons notre projet pour l’école autour de trois idées fortes : en finir avec le sous-investissement chronique de l’école primaire ; lutter efficacement contre les inégalités scolaires et faire confiance à la professionalité des enseignants en améliorant leur formation et leurs conditions de travail.
Dans les départements, des mobilisations ont été engagées dès la rentrée notamment sur les cartes scolaires, la disparition des « Plus de Maîtres » ou la suppression des contrats aidés qui impacte le fonctionnement de l’école. Pour dénoncer cette suppression, nous avons été à l’initiative d’une adresse commune unitaire au ministre de l’éducation nationale et poursuivons les initiatives dans ce sens.
Une rentrée scolaire côté pile avec des annonces médiatiques plus ou moins polémiques, une rentrée côté face qui laisse place à une réalité sur laquelle nous entendons bien continuer à peser.

La situation de la rentrée pour les personnels administratifs et techniques assurant les missions d’organisation, de gestion, les fonctions support du système éducatif, ne se distingue pas par une amélioration.
Les conditions de travail restent souvent trop dégradées. C’est la conséquence de l‘insuffisance de recréation d’emplois ces cinq dernières années, après la saignée que les services ont connue entre 2004 et 2012. Seulement 450 postes ont été recréés lors du dernier quinquennat quand 8 000 avaient été supprimés les huit années précédentes. Le ressenti de mal-être au travail, de pression permanente et l’accroissement de la souffrance au travail restent pour beaucoup des conséquences inscrites dans les conditions de la rentrée.
Enfin, le plan de requalification 2015-2017 des emplois administratifs s’est mis en œuvre de manière si parcimonieuse que le travail des personnels n’est toujours pas reconnu à sa juste valeur. Cette rentrée est aussi l’occasion de réaffirmer la nécessité de requalifier les emplois massivement et de promouvoir concomitamment les collègues les occupant car ils remplissent des fonctions relevant d’une catégorie supérieure à la leur. Les conditions de travail, la rémunération et les carrières des personnels sont des questions au cœur de la rentrée !